Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A une Princesse nommée : Sokhna Asta Waalo DIENG

Posté par: Sidy Ady DIENG| Vendredi 07 septembre, 2012 19:23  | Consulté 905 fois  |  1 Réactions  |   

 

« Enfant, vous êtes l'aube et mon âme est la plaine » Victor Hugo

Ta maman et moi, nous t’avons attendue plus de quinze ans, mais sans jamais perdre l’espoir de te voir un jour, pointer le bout du nez, pour nous offrir en guise de prime à la patience et à l’amour, le bonheur de dérider nos fronts et de ramener nos soucis les plus ardus au rang d’enchantement.

Un certain Huit Septembre 2009, alors que le mois béni de Ramadan était au sommet de ses dix huitième jours, alors que je finissais la prière du début de l'après-midi, tu es venue en don de Dieu, agrandir le cercle de la famille.

Aujourd’hui, du haut de tes trois ans, tu observes et découvres petit à petit l’architecture et la substance de cet édifice commun qu’est le monde, un édifice vieux de ses millénaires d’existence, vaste de ses cinq continents, mais devenu de nos jours si pauvre dans son humanité, une humanité à couteaux tirés avec son devoir de mémoire et ses impératifs de survie et de progrès.

A l’occasion de ton anniversaire, ton vieux père te souhaite une longue vie jalonnée de bonheur et de réussite dans les bonnes œuvres, à l’image de  l’homonyme que je t’ai choisi bien avant ta naissance, et qui n’est autre que la vénérée Sokhna Asta Waalo, mère de Sokhna Mame Diaara, mère de Serigne Touba, Xaadimu Rasul (PSL), en qui nous plaçons nos espoirs du moment et ceux de toujours.

Je souhaite le même bonheur à tous les enfants du Sénégal, de l’Afrique et du monde entier, car nos peines et nos rêves, nos batailles et combats, ne devraient avoir d’autre aboutissement que celui de vous construire un avenir meilleur, fait de paix et de prospérité.

Un avenir qui fera émerger partout le « citoyen du monde », ce « nomade intellectuel » dont parlait l’écrivain Kenneth White, et que je définis moi-même comme étant celui qui, à l’orée du « rendez-vous du donner et du recevoir » auquel nous conviait Léopold Sédar Senghor, devrait se donner comme viatiques la « raison Hellène », revue et corrigée par « l’émotion Négre ».

Et le poète pourra alors clamer les vers suivants :

 

Derrière le soir, j’ai senti le sursaut

Qui viendra décapiter tout ce qui est faux

Tordre les systèmes et les consciences

Pour en extraire une nouvelle science

 

Au de là des ombres il se prépare comme un lutteur

Sur son front clair, perle la sueur

Ce sera le règne du juste

Qui mettra fin à toutes les castes

 

Combattants de la paix et de la victoire

Peu leur importe le Sénégal ou la Loire

Leur seule patrie sera la Liberté

Qu’ils conquerront avec fierté

 

 L'auteur  Sidy Ady DIENG
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Souleymane En Septembre, 2012 (20:32 PM) 0 FansN°:1
C'est sublime comme cadeau d'anniversaire.
Puissent tes voeux pour la princesse Sokhna Asta Walo Dieng se réaliser...!

Ajouter un commentaire

 
 
Sidy Ady DIENG
Blog crée le 09/02/2012 Visité 158882 fois 9 Articles 505 Commentaires 15 Abonnés

Posts recents
Mon après-midi à la DIC, Motif : « des indemnités……indument perçues dans le cadre du Projet JAXAAY ».
Mon après-midi à la DIC !
Thoma Isidore SANKARA : le Capitaine Peuple !
A une Princesse nommée : Sokhna Asta Waalo DIENG
Al Maktoum : Le digne fils de Serigne Babacar
Commentaires recents
Les plus populaires
Al Maktoum : Le digne fils de Serigne Babacar
LETTRE OUVERTE A SIDY LAMINE NIASS
Mon après-midi à la DIC, Motif : « des indemnités……indument perçues dans le cadre du Projet JAXAAY ».
Mes 4 Vérités sur la Politique de l’Assainissement au Sénégal
A ma mère, et à toutes les femmes du monde, dépositaires de vertus, de sagesse et de patience.